Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Cavernes de la rivière rouge, De Claude Cenac

caverne.JPGUne trilogie d’aventures préhistoriques

Publié pour la première fois chez Magnard en 1967, ce classique des romans de la préhistoire redonne en un seul volume la trilogie des aventures de Noum et de sa famille : Dans la première partie, Les Cavernes de la rivière rouge, il commence son initiation sous la direction du Sage de la tribu de Madaï ; un tremblement de terre les isole tous les deux des autres pendant de longs mois et Noum apprivoise un loup et se bat avec les affreux Larges-pieds…
Dans les deux parties suivantes, tous les ingrédients qui font le succès des cycles sont utilisés : le héros grandit et change (notamment dans son opinion sur les filles), les amis et ennemis reviennent (le loup et les Large-Pieds disparaissent et réapparaissent à chaque épisode, ces derniers toujours plus rusés et méchants à chaque fois, mais en vain). Les épreuves et aventures sont variées (une inondation, une éruption volcanique, la faim et le froid, un voyage vers la mer, un voyage à l’intérieur des terres…).

Le monde des hommes qui ont décoré les cavernes du Périgord à la Préhistoire est ainsi très plaisamment visité : Noum le boiteux apprend les usages du guérisseur, les rites qui s’adressent au grand-esprit et la peinture dans la grotte sacrée. On assiste aux chasses (rennes, mammouths, bisons…) et aux pêches, on voit comment les aliments sont conservés et préparés, les vêtement et bijoux, etc. Cette tribu a cependant un comportement bien civilisé, du respect pour les anciens et pour les faibles, de l’humanité et même des velléités humanitaires à l’égard des tribus moins bien loties, sur le plan des comportements et de l’organisation sociale, la vérité historique n’est pas la plus forte.

Mais c’est un beau roman d’aventures, qui met en valeur le courage, la patience, la solidarité et l’amour des siens, la bienveillance et le pardon, avec un bel éloge de la curiosité et du désir d’innover. Les paysages sont évoqués souvent et précisément, ainsi que la marque des saisons, les épisodes climatiques ou cataclysmiques. Enfin, l’amitié entre l’enfant et le loup, qui préfigure la domestication des animaux, attirera les jeunes lecteurs.

Les Cavernes de la rivière rouge, De Claude Cenac  Le navire en pleine ville (sous le vent classiques), 2006 

Écrire un commentaire

Optionnel