Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

culture science fiction - Page 3

  • Le FENG SHUI pour la construction et aménagement d'une maison

    feng shui maison.JPGQui n'a pas jamais entendu parler du feng shui ? Depuis les années 90, cette méthode ancestrale d'aménagement de l'intérieur d'une maison fait l'objet d'une grande mode. Innombrables publications, consultations en tous genres, approche traditionnelle ou occidentalisée...Cet art du placement dans l'habitat se révèle d'une grande efficacité pour les personnes qui appliquent ces principes dans leur maison. Alors, découvrez l'histoire de ces recettes quasi-magiques pour une vie plus harmonieuse dans votre maison en construction ou rénovation.

    Les zones à risques dans la maison et Le FENG SHUI...

    Toutes les zones de votre habitation doivent faire l'objet d'une attention particulière, surtout en matière de propreté et de rangement pour laisser circuler le fameux Chi. S'il ne circule pas, le Sha, énergie négative, s'accumule et les ennuis avec...Ces consignes sont également valables pour le rangement des caves et des placards. Ce n'est pas parce que ces lieux ne sont pas exposés aux regards qu'il faut les négliger.


    Quelques éléments de votre maison à surveiller absolument :

    -L'emplacement de votre lit représente votre réussite générale dans la vie mais aussi le domaine amoureux...Il est fortement déconseillé de passer toutes vos nuits dans un lit que l'on vous a donné ou qui appartient aux anciens occupants de votre appartement ou maison. Ce meuble est effectivement imprégné des énergies, peut-être négatives de vos prédécesseurs.
    -Votre bureau doit être placé à un endroit précis dans lequel vous pourrez dominer les lieux et voir la porte. Le déplacement de cet élément peut donner lieu à des réussites fulgurantes, alors, faites-vous conseiller.
    -Une attention particulière doit être réservée à la cuisine et aux salles d'eau, vos revenus et votre santé en dépendent...

    D'ailleurs certains propriétaires demandent cela  dans le devis construction d'une maison en pyrénées orientales aujourd'hui...

    Quelques remèdes...
    On parle de remèdes pour évoquer les solutions proposées par le feng shui : un petit accessoire de la bonne couleur peut faire la différence. Miroirs, cailloux, rubans, huiles essentielles bien utilisés et placés au bon endroit modifieront un lieu parfois hostile. De plus, il faut absolument respecter le cycle créatif des éléments (bois, feu, terre, métal, eau). Exemple : Si vous placez l'eau trop près de ce qui représente l'élément feu, c'est comme s'il était éteint...A éviter donc.

    Comment commencer seul(e) Le FENG SHUI de la maison ?

    Souvenez-vous que les premières règles du feng shui sont l'ordre et la propreté dans la maison. Le renouvellement de l'air est également très important et vous garantit une énergie fraîche et renouvelée. Alors, rangez, jetez tout ce qui est usagé et nettoyez, pour votre confort et celui de votre entourage. Si vous voulez améliorer un aspect de votre vie grâce aux règles du feng shui, plongez-vous dans un livre ou faites appel à un spécialiste ! Laissez agir, sans jamais vous reposer sur vos lauriers de fée du logis, et appréciez les changements positifs qui viendront dans votre vie.

  • La Tribu de Celtill

    la tribu de celtill.JPGLe tome 4 de cette excellente série (dont il faut lire les titres dans l’ordre) ne devrait pas tarder à paraître… En attendant, les lecteurs impatients ne manqueront pas de lire avec grand plaisir La malédiction du sanglier, où l’on voit Celtill quitter son village, Moricambo, pour partir à l’aventure sur les routes gallo-romaines en compagnie de son esclave turbulent, Septentrion, incorrigible beau parleur, et pourtant rompu aux difficultés de l’existence, qui fait ici montre d’une belle fidélité envers son «petit maître ». La mission confiée par son père romain comporte des dangers et des péripéties inattendus et emmène Celtill dans des univers nouveaux (celui des gladiateurs, ou chez les artisans verriers) ; il prend aussi davantage conscience de ses mystérieux « pouvoirs » tout en en gardant le secret, pouvoirs qui se verront renforcés dans Les six têtes de l’Hydre, un roman tout aussi bien construit – quand bien même le retour au village du héros proposerait une aventure moins palpitante que la précédente.


    Dans ce tome 3, l’intrigue se concentre sur un assassinat perpétré aux portes du village, devant la cabane de Celtill et de ses amis, située près d’une grotte qui, selon les légendes locales, abriterait un monstre sanguinaire… Celtill a un rôle important dans la résolution de l’affaire, mais aussi dans la mise en place d’une école pour le village – en dépit des réticences puis des exigences de son oncle Julius, qui vient d’être nommé décurion et qui tente d’imposer ses quatre volontés aux villageois. Ce personnage se fait plus sombre, presque dangereux, tandis que Celtill est aux prises avec des pouvoirs qu’il ne peut encore maîtriser. Le dénouement, en suspens, laisse cependant deviner que le dernier tome (la Lumière du Menhir) sera à la hauteur des précédents.

     

    T. 1 Le jour où le ciel a parlé
    T. 2 La Malédiction du Sanglier
    T. 3 Les Six Têtes de l'Hydre
    T. 4 La Lumière du Menhir

    illustrations Daniel Moignot
    Rageot Editeur, 2005-2006
    A partir de 11-12 ans

     

  • Brummstein de Peter Adolphsen

    Brummstein.JPGCela commence comme un traité scientifique rappelant l’histoire géologique du globe terrestre, voire l’histoire de cette histoire avec ses tâtonnements, ses erreurs et ses certitudes toujours provisoires. Simple mise en condition : peu à peu, le romanesque prend le pas, touchant à des faits plus récents, à mesure que le récit pénètre dans les « Grottes de Muotatal (Höll Loch) », en Suisse ; pénétration non dénuée de détails et de justifications scientifiques, certes, mais qui nous mène, avec Joseph Siedler, à la « porte de l’Enfer », aux confins du fantastique.

    C’est au plus profond de ces cavernes que Joseph découvre, il y a une centaine d’années, une roche bourdonnante, dont les vibrations sont telles qu’elles provoquent une surdité momentanée suivie de sifflements sur « quatre tonalités ». En ayant prélevé un fragment, Joseph le conservera précieusement jusqu’à sa mort. Alors commence le périple de la « pierre qui vibre » (« Brummstein »), selon l’itinéraire qu’elle suit de main en main, de mort en mort, d’héritiers en acquéreurs, dans le temps (le XXeme siècle) et dans l’espace (la Suisse et l’Allemagne).

    Petit objet minéral et cependant comme vivant, issu de bouleversements telluriques échelonnés sur des milliards d’années, cette pierre voyageuse illustre les relations que les hommes entretiennent avec leur environnement : existence individuelle et sociale figurant une infime fraction de seconde sur « l’échelle métaphorique représentant l’âge de la terre par une année civile » ; autant dire rien, et pourtant, entre la « porte de l’Enfer » et les immensités de l’univers, la vie humaine est bien là, avec ses utopies politiques, ses velléités artistiques, sa mémoire et ses oublis, ses querelles et ses apaisements… Peter Adolphsen, avec une distance quasiment ironique, selon une esthétique de la densité et de la parcimonie (que la traduction précise et la belle présentation de l’éditeur mettent en valeur), concentre et résume dans ce bref roman les tenants et les aboutissants des destinées humaines.

    Brummstein  de Peter Adolphsen, Gaïa, 2005  traduit du danois par Inès Jorgensen